Mes premiers grands jeux

Ça y est! c’est fini! Ma première expérience de grands jeux est désormais achevée. Elle était courte, mais inoubliable.

Sans vouloir précipiter les choses, commençons par ma préparation en vue du jour J. Un long processus avec de nombreux hauts, sans oublier, les bas. J’avais l’horizon des montagnes en vue… Bref, je misais sur le long terme pour me permettre d’arriver au jour J en pleine forme à la fois mentale et physique. Ma préparation avait débuté avant Noël avec le Club de Triathlon Rouge et Or de l’Université Laval, mais aussi Athlétisme Rouge Et Or, ainsi qu’avec Bl Coaching, un véritable paradis des watts et de l’algophilie. Un endroit où tu te mets le couteau entre les dents pour une bonne heure et que tu finis bien cassé, mais avec un beau gros sourire parce que tu aimes souffrir et pousser de gros watts. Tu dis finalement merci à la vie et tu exprimes ta gratitude en buvant un bon café post entraînement poussé à bloc.

Entre les séances de natation, de musculation, de Vélo Cartel Café Cycliste, de BL coaching et de course à pied, le ski de fond faisait aussi partie de mon programme de préparation. Brisant un peu plus la routine de mon sport déjà peu monotone, je remplaçais quelques séances axées sur le volume par de belles balades en ski de fond.

Le Nouvel An célébré, j’ai sauté dans l’avion en direction de Phoenix, en Arizona, pour mon premier camp d’entraînement de la saison. Trois belles semaines en compagnie des athlètes de niveau élite de mon club de triathlon à l’Université Laval, des athlètes de Jono Hall, entraîneur en chef à Triathlon Canada et, durant la dernière semaine, des athlètes d’un peu partout au Canada pour mettre l’accent sur les distances plus courtes en mode triathlon à relais (épreuve des prochains JO). Ce camp s’étant bien déroulé, je suis revenu au bercail glacial en très bonne forme et prêt pour un autre bon bloc d’entraînement. Quelques tempêtes plus tard, je me tourne la cheville. En fait, je me suis fait une solide entorse. Bon vous allez me dire, une entorse c’est vite réglé. Ouin… Non! Mes chevilles étaient encore chancelantes. Bref, je partais quelques jours plus tard pour mon deuxième camp de préparation. Un camp à Tucson, encore une fois en Arizona. Gardant le moral malgré le fait que je ne puisse pas courir pour l’entièreté de mon camp, j’ai pris ce moment pour aimer la vie et profiter du soleil pour pousser abondamment sur mes pédales.

La cheville presque guérie, j’ai repris la course une semaine et demie avant mon troisième et dernier camp de préparation qui se déroulait en Floride. Il y avait trois courses qui s’intégraient parfaitement à ma préparation pour mes premiers grands jeux. J’ai connu la déception et la satiété avec deux bonnes performances et une odieuse. Oui, OK. J’exagère un peu avec le mot odieux, mais je trouvais qu’il se plaçait bien ici parce qu’il reflétait précisément mon point de vue de la situation. Bref, j’ai aussi profité de la vie et des joies des stations balnéaires de la Floride. J’ai eu la chance, après ma dernière course, de passer quelques heures à la plage juste avant de sauter dans l’avion en direction de mon domicile. C’est toujours très agréable de laisser aller complètement le cerveau et de profiter du moment présent. Ces petites heures passées à la plage sont très importantes et me permettent de réaliser à quel point, ma vie d’athlète est agréable, et ce, malgré les hauts et les bas.

De retour au Québec, j’avais une semaine pour me faire mal, me faire pâtir séance après séance. Celle que j’ai préférée, pour ne pas dire la plus souffrante à ce moment, est signée BL Coaching. Une courte séance d’une heure qui incluait un bloc de 30 minutes sans repos et qui variait entre « ça fait mal » et « ça fait très très mal ».

La préparation terminée, j’avais peine à croire qu’il était déjà le moment de s’envoler vers l’Australie. J’étais affûté, j’étais assoiffé. Prêt à tout donner, du début à la fin, peu importe ma position, peu importe mon résultat, j’avais comme objectif de donner mon 110 %, profiter du moment présent et être heureux.

Une fois sur place à Gold Coast, je suis demeuré 10 jours à l’extérieur du village des athlètes afin de peaufiner ma préparation pour les Jeux du Commonwealth et m’acclimater au décalage horaire, à la chaleur et, surtout, au taux d’humidité qui était difficile à gérer pour un grand gaillard comme moi. J’avais aussi droit aux services de Dave Coleman, un mécano qui prenait soin de mon vélo, de ceux de Gavin O’Sullivan, un massothérapeute qui voyait à ce que mon petit corps récupère bien, de Jono Hall qui était garant du bon déroulement de nos entraînements et de Shauna Clarke, qui assurait une saine logistique de notre équipe et de nos déplacements. Il y avait aussi sur place Eugene Liang, directeur de la haute performance à Triathlon Canada, qui orchestrait le tout et qui prenait les décisions importantes. Mon entraîneur Pierre-Yves Gigou est aussi venu me rejoindre vers la fin de ma préparation pour s’assurer que tout roule comme sur des roulettes.

Une fois rendu au village des athlètes, j’ai été émerveillé par l’organisation, la proximité des lieux, des services offerts, de la diversité culturelle, de la nourriture, du soutien médical, des cafés et de notre délégation canadienne. Bref, j’étais ébloui par tout ce qui m’entourait, par tout ce que je vivais…

Les quelques jours avant la course s’étant bien déroulés, j’étais prêt à affronter à la fois les meilleurs au monde et la chaleur accablante de l’Australie et, bien sûr, à donner le meilleur de moi-même! Il annonçait beau et chaud pour le jour de la course, mais le temps fut tout autre. Environ une heure avant le départ, un fort vent et une pluie torrentielle se sont abattus sur la Gold Coast. Affrontant les aléas de ces mêmes conditions, je ne me suis pas laissé décourager par les caprices de Mère Nature et je me suis concentré sur le travail à accomplir. Une fois le départ donné, la natation s’est bien déroulée et je suis sorti de l’eau à une dizaine de secondes de la tête. Rapidement, un petit peloton s’échappe à vélo et moi, bien installé dans le deuxième, j’accroche une barrière avec mon pied gauche et j’endommage mes métatarses des trois orteils du milieu, mais sans toutefois tomber. La douleur était bien présente, mais je restais concentré sur l’instant présent et la tâche à accomplir. Une fois débarqué du vélo, je me suis vite rendu compte que mon pied était très enflé et j’ai eu peine à enfiler ma chaussure. Dans la souffrance progressive, j’ai terminé la course en treizième position. Heureux du résultat, mais triste des circonstances, je termine mon épreuve avec une fierté d’avoir tout donné et je me dirige rapidement vers le village des athlètes afin de consulter une équipe médicale et de passer une radiographie de même qu’une échographie. Heureusement, rien de cassé, mais malheureusement en béquilles, je n’ai pas pu prendre part à l’épreuve du relais mixte qui se déroulait deux jours plus tard. Bien que déçu de ne pas y participer, j’étais bien présent pour encourager mon équipe. Une belle 4e position crève-cœur pour mes coéquipiers qui ont pourtant réalisé une superbe performance.

Le lendemain, c’était le retour à la vie normale, mais tout de même excitante, avec ma douce et à l’université.

Pendant ces merveilleux jeux, j’ai eu l’immense plaisir de vivre cette expérience avec Joanna Brown, qui a su se tailler une place sur le podium individuel quelques heures avant ma course, avec Dominika Jamnicky – Triathlete qui s’est montrée fort impressionnante lors de la course individuelle et avec Desirae Ridenour qui a fait un solide relais. J’ai aussi eu la chance d’être accompagné par Tyler Mislawchuk Triathlete et Matthew Sharpe, de supers athlètes et amis.

J’ai eu le privilège de vivre ces jeux et je suis motivé plus que jamais pour les prochains.

Je tiens, enfin, à remercier tous mes commanditaires et mes partenaires, sans lesquels je ne me serais jamais rendu aux Jeux du Commonwealth.

À bientôt,

Alexis

Blue Bridge International Wealth Solutions & Family Office Services
Cascades
MATH Sport Oakley CEEPO Triathlon Bikes Triathlon Québec Team USANA La Boutique Du Lac Inc. Samson Groupe Conseil inc. GarneauCafé Barista TELUSfr Rouge et Or Excellence Sportive Québec-LévisFAEQ – Fondation de l’athlète d’excellence du Québec

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s